Sélectionner une page

Le Château d’Angers, joyaux architectural et historique de la ville d’Angers, a été fondé au 9ème siècle par les Comtes d’Anjou. D’ailleurs, on l’appelle communément Château des ducs d’Anjou. À l’origine, le château a été construit pour être une forteresse imprenable sur l’un des sites habités par les Romains en raison de son emplacement défensif stratégique. Au IXe siècle, l’évêque d’Angers autorise les comtes d’Anjou à y construire un château. Il est devenu une partie de l’empire angevin des rois Plantagenêt d’Angleterre au 12ème siècle. Et en 1204, la région fut conquise par Philippe II et un énorme château fut construit pendant la minorité de son petit-fils, Louis IX, au début du XIIIe siècle. La construction entreprise en 1234 a coûté 4 422 livres, soit environ 1% du revenu royal estimé à l’époque. Michael Juret, personnage notoire de la ville d’Angers, nous parle en détail de la fabuleuse histoire du Château d’Angers.

Château d’Angers : l’histoire d’une forteresse imprenable

En 1352, le roi Jean II a donné le château à son deuxième fils, Louis, qui est devenu plus tard comte d’Anjou. Marié à la fille du riche duc de Bretagne, Louis fait modifier le château et commande, en 1373, la célèbre tapisserie Apocalypse au peintre Hennequin de Bruges et au tapissier parisien Nicolas Bataille. Louis II et Yolande d’Aragon ajoutent une chapelle (1405-12) et des appartements royaux au complexe. La chapelle est une sainte chapelle, nom donné aux églises qui consacraient une relique de la Passion. La relique d’Angers était un éclat du fragment de la Vraie Croix qui avait été acquis par Louis IX. Au début du XVe siècle, le malheureux dauphin qui, avec l’aide de Jeanne d’Arc, deviendra le roi Charles VII, doit fuir Paris et reçoit asile au château d’Angers.

En 1562, Catherine de Médicis fit restaurer le château comme une puissante forteresse, mais son fils, Henri III, réduisit la hauteur des tours et les fit dépouiller avec les murs de leurs contreforts : Henri III a utilisé les pierres du château pour construire des rues et développer le village d’Angers. Néanmoins, sous la menace d’attaques des Huguenots, le roi maintient les capacités défensives du château en en faisant un avant-poste militaire et en installant de l’artillerie sur les terrasses supérieures du château. À la fin du XVIIIe siècle, en tant que garnison militaire, la château a montré sa résilience lorsque ses murs épais ont résisté à un bombardement massif par des canons de l’armée vendéenne. Incapables de le pénétrer, les envahisseurs ont simplement abandonné.

L’histoire récente du Château d’Angers

Une académie militaire a été créée dans le château pour former les jeunes officiers aux stratégies de guerre. Une petite anecdote à ce sujet : saviez-vous qu’Arthur Wellesley, 1er duc de Wellington, mieux connu pour avoir participé à la défaite de Napoléon Bonaparte à la bataille de Waterloo, a été formé à l’Académie militaire d’Angers ? Aujourd’hui propriété de la ville d’Angers, le château massif a été transformé en musée abritant la plus ancienne et la plus grande collection de tapisseries médiévales au monde, la « Tapisserie Apocalypse » du XIVe siècle étant l’un de ses trésors inestimables.